qui_est_ce

J’ai un problème… je crois bien que je t’aime. Oula je m’égare ! Ca commence bien ! Non, je disais, j’ai problème : je n’ai pas la mémoire des prénoms. C’est horrible, j’ai honte.
Imaginez : je travaille dans une boite depuis presque 6 mois. En fait, c’est un groupe avec plusieurs sociétés, réunis dans un même bâtiment. Eh bien je ne connais toujours pas le nom de la plupart de mes collègues. Ceux de mon bureau, bien-sûr que je les connais (faut pas exagérer quand même). Mais les autres… ben non. Un ou deux peut-être. Mais sur 70 salariés… c’est minable.

Je ne connais toujours pas le prénom de ce gars que j’ai un jour sauvé d’un manque extrême de caféine alors qu’il n’avait pas un rond et qui depuis m’offre de temps en temps des cafés noisettes.
Ni de celui qui me tient la porte avec gentillesse quand je me ramène les bras chargés de cafés pour mes collègues de bureau (non, je ne suis pas la greluche de service qui ramène toujours les cafés, c’est pas pure gentillesse, et non, je ne vais pas vous parler que de café).
Ni de cette fille hyper hautaine que je ne peux pas voir en peinture (j’adore cette expression)
Ni de celui qui me fait penser à mon frère, qui mesure près de deux mètres, que j’associe à un gros nounours, et qui vient dans notre bureau que pour voir si on n’a pas à manger (je l’aime bien celui là)
Ni de ce connard qui fait tout le temps des réflexions débiles sur notre façon de travailler (ouais, paraît qu’on bosse pas, qu’on rigole trop… d’ailleurs ça jase pas mal dans la boite).

Ca pourrait être gênant, point final. Sauf que ça me met dans des situations hyper délicates.
Genre hier après-midi, le gars qui me tient toujours la porte avec gentillesse quand je me ramène les bras chargés de cafés pour mes collègues de bureau (avouez qu’un prénom c’est quand même plus simple !), eh bien ce gars me voit de loin et me crie : « Eeeehhhhh Marie !!!! » (oui, c’est mon prénom. Savez maintenant. Mais je ne vous en voudrai pas si vous ne retenez pas… eh eh !)
A ça, normalement vous répondez (si vous êtes moi en tout cas, j’aime ce genre de blagues pourries) : « eeeehhhhh *** !!!! » (complétez par le prénom de votre choix). Sauf que là, j’ai eu l’air con, j’ai juste dit : « eeeehhhh toi !!! Comment tu vas ? ». Autrement dit : un truc très naze. Si si, c’est naze. Parce que le gars, il est pas con, il a très bien compris que j’avais pas retenu son prénom. Et faire ça à un gars qui me tient la porte avec gentillesse quand je me ramène les bras chargés de cafés pour mes collègues de bureau, c’est naze !

Autre situation : il m’arrive de me balader dans les couloirs de ma boite, pour faire une petite pause. Une fois, j’ai croisé une fille qui avait un truc hyper important à dire à ma chef mais qui n’avait pas le temps de se déplacer jusqu’à son bureau pour lui dire elle-même parce qu'elle était hyper débordée… Mouai (longue la phrase. Je sais). Je me ramène donc vers ma chef en disant « y’a… (moment d’hésitation)… la fille… tu sais celle qui travaille à *** (nom d’une des sociétés du groupe) ? mais siii ! la blonde… qui s’habille toujours très bien… »quiestce_max_01
En même temps, vous me direz, ça fait des parties de « Qui est-ce » très sympas... pour les autres ! Ils jouent. Moi je nage !   

Et encore, là ce n’est qu’au boulot. Je vous dis pas dans la vie privée ! Je ne me rappelle jamais du prénom du collègue de mon homme, alors qu’il m’en parle tout le temps et qu’on a même mangé chez lui, une fois… La honte je vous dis. Collègue de mon homme, si tu me lis… pardon, mais c’est vraiment pas contre toi !