g_f_coiffureJe ne vais pas souvent chez le coiffeur. Non pas que je me néglige ou que je n’aime pas mes cheveux, mais très longtemps je les ai eu longs et j’avais donc pas besoin d’y aller tous les mois. Depuis, j’ai un peu gardé l’habitude.


Ce qui fait que quand j’y vais, c’est un moment intense en émotions (comprenez bonnes et mauvaises émotions).


D’autant plus que je n’ai pas encore trouvé un salon ou un coiffeur qui me plaise à 100 %. Je suis du genre insatisfaite, limite jamais contente, ce qui fait qu’en sortant de là, une fois sur deux, je n’aime pas. (En même temps, c’est ma tête quoi ! J’ai le droit de ne pas aimer)

Avec le temps, on sait ce qui nous va ou nous va pas. Moi par exemple, j’ai un cheveu qui frise. Attention, pas une petite frisette ! Une boucle intense ET indisciplinée. Et comme on n’est jamais contente de ce qu’on a : je les lisse (bah oui ! Je suis pas une fille pour rien). Or je sais par exemple, qu’une frange sur moi, ce serait pas possible (à gérer et à lisser).


Donc, la plupart du temps, j’ai à l’esprit ce que je veux… à peu près. En tout cas je sais ce que je ne veux pas.

Aujourd’hui, je veux les « rafraichir » (oui je sais, ça ne veut rien dire, mais elles disent toutes ça les coiffeuses !), les couper un peu genre 2 ou 3 cm maximum, mais surtout, je ne veux plus de carré. 

La coiffeuse me regarde, me fait la remarque que mes cheveux sont fins (tiens, j’avais pas remarqué), qu’ils manquent de volume (j’avais pas vu non plus), et qu’il faut restructurer tout ça. Je lui expose donc ce que je veux (les rafraichir, les couper un peu, mais surtout, plus de carré), elle acquiesce, et se met au travail.

Elle a été rapide : un bon point. Sauf que, je sais pas trop à quel moment j’ai merdé dans mes explications, mais une chose est sûre, je me suis mal fait comprendre !


Je suis sortie de là, je riais jaune. Elle m’a coupé les cheveux beaucoup trop courts et au carré… J’ai pris dix ans d’un coup et perdu 30 euros pour une coupe immonde… Sympa !

                                                                               Ahahah… Le premier qui rit, je lui casse sa tête !