FetedelamusiquePuisque je suis dans ma lancée (celle de la musique – voir article précédent - Faut suivre, oui je sais…), je fais un petit zoom sur la fête de la musique.

J’avais 16 ans quand j’y ai participé pour la première fois. C’était entouré de mes amis du lycée. On était super contents de se retrouver pour participer à la nuit la plus longue de l’année, dans une ambiance incroyable ! Tout le monde ayant une raison de descendre dans les rues et de faire la fête. Un peu comme le 12 juillet 1998 mais sans les embrassades avec des inconnus (quoique…). En tout cas, je me souviens d’avoir passé une excellente soirée.

Demain, comme depuis mes 16 ans, je vais passer la soirée à faire la fête dans les rues de ma ville, entourée de quelques copains. A cette idée, j’étais déjà ravie !
Sauf que, en discutant avec des collègues, il parait que ce n’est plus si génial que ça. A la question « où est-ce que vous allez vous pour faire la fête ? », la plupart m’ont répondu qu’ils n’avaient pas l’intention de sortir de chez eux, de peur d’être engloutis par la masse ou agressés par des gens ivres morts. Moi, positive à souhait, je défends ma cause : « Meuh non ! C’est pas toujours comme ça ! Et puis ça dépend de la ville que vous fréquentez (la capitale de la région, c’est vrai que c’est quand même plus imposant que la ville où j’habite, si grande soit-elle à mes yeux !). Et puis c’est avant tout pour écouter de nouveaux groupes, d’assister à des spectacles, et puis, et puis…» Malgré mes arguments, aucun n’a changé d’avis : ils n’iront pas à la fête de la musique.

Alors quoi ? Est-ce que tout le monde pense comme ça ? Ce que je considérais jusqu’à aujourd’hui comme une fête de la jeunesse serait-elle devenu une fête has-been ? Une excuse pour se saouler et chercher la bagarre ? Mr Jack Lang, votre fête aurait-elle dévié de sa cause ultime ? Celle de fêter la musique !?